Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui Sommes-Nous ?

  • : Les Amis de Karl Marx
  • Les Amis de Karl Marx
  • : Rien d’autre qu’un lieu de rencontre pour tous les communistes qui se réclament des principes édictés par Marx, Engels et Lénine et qui proclament la nécessité d’un parti révolutionnaire. Un lieu de rencontre pour tous les militants toujours fidèles à un syndicalisme de lutte de classe.
  • Contact

Profil

  • Evanosiam
  • Description : Rien d’autre qu’un lieu de rencontre pour tous les communistes qui se réclament des principes édictés par Marx, Engels et Lénine et qui proclament la nécessité d’un parti révolutionnaire.
  • Description : Rien d’autre qu’un lieu de rencontre pour tous les communistes qui se réclament des principes édictés par Marx, Engels et Lénine et qui proclament la nécessité d’un parti révolutionnaire.

Recherche

Information

Certaines images, certaines musiques et chansons présentes sur ce site sont la propriété de leurs auteurs et éditeurs. Toutes ces reproductions sont présentées dans un but informatif et non commercial. Cependant, si les auteurs et éditeurs souhaitent les voir supprimées, cela sera fait immédiatement sur simple demande.
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 13:08

cmd

Bayonne : 4000 manifestants pour réclamer la libération des "artisans de la paix"

 
Bayonne : 4000 manifestants pour réclamer la libération des "artisans de la paix"
Près de 4000 personnes se sont rassemblées ce samedi après-midi sur le quai
Ekhi Erremundegi (Twitter)
Par , publié le , modifié .

Près de 4000 manifestants, selon les organisateurs, ont défilé ce samedi après-midi à Bayonne, pour réclamer la libération des cinq personnes interpellées vendredi soir à Louhossoa.

Au moins 4000 personnes, selon les organisateurs (2000 selon la police)  ont défilé ce samedi après-midi dans les rues de Bayonne, en soutien aux cinq militants pour le processus de paix au Pays Basque interpellés la veille à Louhossoa. Un rassemblement organisé à l'appel du collectif Bake Bidea, qui milite en faveur du processus de paix au Pays Basque.

Plus tôt dans l'après-midi, ces élus du Pays basque, de toutes sensibilités politiques, ont présenté une déclaration commune en conférence de presse. "Nous, élus du Pays Basque de toutes sensibilités politiques, sommes interpellés par ces arrestations car il s'agit de personnalités connues de tous, dont l'engagement en faveur de la paix est incontestable." Des personnalités, précisent-ils, "décidées à pallier le manque d'implication des états espagnol et français et à prendre en charge, au titre de la société civile, la destruction des armes de l'organisation ETA."

 

LES AMIS DE MARX EXIGENT LA LIBERATION IMMEDIATE DES "ARTISANS DE LA PAIX" !

 

Repost 0
Published by Evanosiam - dans Pays Basque
commenter cet article
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 15:19

 

SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE PALESTINIEN
>
> Rassemblement jeudi 31 juillet à 18h
> devant la mairie de Bayonne

>
> Faire suivre...Faire suivre...Faire suivre...
>

>
>
>
>Ci-dessous et ci-joint le texte d'appel et les organisations signataires
>
 
>
>
>


> Nous appelons à un

rassemblement le jeudi 31 juillet à 18h devant la mairie de Bayonne

pour dire

- Non à l’agression israélienne contre Gaza,

- Non à la complicité du gouvernement “socialiste”  français,

-et pour affirmer notre soutien inconditionnel au peuple palestinien


>

 

Les bombardements intensifs de Gaza ont causé la mort de plus d’un millier de Palestiniens, dont une majorité de civils et en particulier des femmes et des enfants, blessé des milliers d’autres, détruit des centaines d’habitations et fait plus de 100 000 sans abris et personnes déplacées. Le bilan s’alourdit à chaque heure avec le début de l’offensive terrestre qui a commencé jeudi 17 juillet et se poursuit.

Une nouvelle fois le gouvernement israélien déclenche un déluge de feu sur Gaza, au prétexte de tirs de roquettes, mais avec pour objectifs de terroriser la population palestinienne et de mettre en difficulté le gouvernement de coalition palestinien.

Devant cette situation dramatique, les gouvernements occidentaux se contentent de “dénoncer l’engrenage de la violence ” sans désigner le responsable de cette nouvelle tragédie, et appellent simplement le gouvernement israélien à la “retenue” sans condamner ses crimes de guerre et ses crimes contre l'Humanité..

François Hollande est même allé jusqu’à cautionner l’agression d’Israël en déclarant, lors de son entretien téléphonique avec Benjamin Netanyahou le 9 juillet dernier, qu’"il appartenait au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger la population face aux menaces ”. Mais pas un mot sur les menaces permanentes que fait peser l'Etat sioniste sur la population de Gaza mais aussi sur celle de Cisjordanie occupée.

Pourtant l’Union européenne aurait un moyen simple de faire pression sur Israêl : la suspension de l’accord d’association avec Israël qui accorde des avantages économiques à ce pays, même pour les produits provenant des Territoires palestiniens illégalement occupés. De plus cet accord est conditionné par le respect des droits humains, ce qui n’est pas le cas avec la colonisation qui se poursuit et la construction du mur de séparation qui prive nombre de villages palestiniens de leurs terres. Tout cela se fait en violation du droit international dont se moquent Israël et ses soutiens occidentaux.
>


>

 

Nous restons mobilisés

* Pour l’arrêt immediat des bombardements sur Gaza, pour l’arrêt de l’agression israélienne à Gaza, en Cisjordanie et à Jerusalem

* Pour la levée du blocus criminel sur Gaza

* Pour affirmer notre solidarité avec le peuple palestinien,

* Pour dénoncer la passivité coupable de nos gouvernants et leur complicité avec le pouvoir sioniste,

*Pour rechercher une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens.


>

 

 

Amis de Karl Marx (AKM), Comité pour la Défense des Droits de l’Homme en Pays Basque (CDDHPB) , CGT Territoriaux Biarritz, Euskal Herria Bai (EH Bai), Gauche Anticapitaliste (GA), La Commune, Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Parti de gauche (PG),  Solidaires.
>


>


>
>

                                                                                             Elkarretaratze horretara deitzen dugu :

- Gazaren kontra Israelek burutzen ari den erasoari ezetz erraiteko,

- Frantses gobernu “ sozialista”-ren konplizitateari ezetz erraiteko,

- Palestindar herriari gure sustengu osoa aldarrikatzeko.

 

Gazaren kontrako bonbardaketa intentsiboek mila palestindar baino gehiagoko heriotza ekarri dute, - gehienak zibilak eta bereziki emazteak eta haurrak- milaka jende zauritu, ehunka etxe suntsitu eta 100 000 baino gehiago aterpegabe eta  deserritu ekarri ere. Uztailaren 17an hasi eta segitzen duen lurreko ofentsibaren ondorioz, kalte agertuak emendatuz joan dira .

Berriz ere Israelgo gobernuak sekulako su erauntsia botatzen du Gazaren gainean. Suziri jaurtiketa estakulutzat hartzen du bainan bere egiazko asmoa populakuntza palestindarra ikaran atxikitzea eta koalizioko gobernu palestindarra zailtasunean jartzea da.

Egoera lazgarri honen aintzinean, mendebaldeko gobernuei tragedia berri honen egiazko erantzulea izendatu gabe” bortizkeriaren  katea salatzea” aski zaie. Israelgo gobernua “zuhurtasunez” ibiltzera deitzen dute soilik, horren gerlako krimenak eta gizadiaren kontrako krimenak kondenatu gabe.

François Hollande urrunago joan da ere : Israelgo erasoa bermatzu du, Uztailaren 9an, Benjamin Netanyahou-rekin ukan duen telefonozko elkarrizketan, “ mehatxuen aintzinean, Israelgo gobernuari doakio populakuntza babesteko neurriak hartzea” deklaratuz. Bainan Estatu sionistak Gazako jendearen gain eta okupatua den Zizjordaniaren jendeen gain sortzen dituen etengabeko mehatsuetaz hitz bakar bat ere ez ! 

Alta, europar Batasunak Israel hertasatzeko medio errex bat baluke : herri honi abantaila ekonomikak – ilegalki okupatuak diren lurralde palestindarretatik heldu diren ekoizpenentzat ere - emaiten dizkion partzuergo hitzarmenaren gelditzea. Gainerat, hitzarmen horrek jende eskubideen errespetatzeak du eskatzen. Segitzen duen kolonizazioa eta herri palestindar ainitz beren lurretaz gabetzen dituen bereizte paretaz bost axola dute alta ! Hori dena nazioarteko zuzenbidearen kontra egiten da, Israel eta bere mendebaldeko sustenguei berdin zaielarik.

 

Mobilizaturik gelditzen gira :

* Gazaren kontrako bonbardaketen gelditzearen alde, Gaza, Zizjordania eta Jerusalemen burutzen ari den eraso israeldarraren gelditzearen alde,

* Gazaren kontrako blokeoaren kentzearen alde,

* Palestinako herriarekin gure elkartasuna aldarrikatzeko,

*Gobernatzatzen gaituztenen pasibotasun hobenduna eta podere sionistarekin duten konplizitatea salatzeko,

* Palestindar eta Israeldarren arteko bake zuzen eta iraukorra bilatzearen alde.

 

 

Amis de Karl Marx (AKM), Comité pour la Défense des Droits de l’Homme en Pays Basque (CDDHPB) , CGT Territoriaux Biarritz, Euskal Herria Bai(EH Bai), Gauche Anticapitaliste (GA), La Commune, Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Parti de gauche (PG),  Solidaires.


>
Repost 0
Published by Evanosiam - dans Pays Basque
commenter cet article
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 15:18

Georges

 

 

COMMUNIQUE DU 5 AVRIL 2013

 

Comme Xabier Lopez Peña, prisonnier politique basque mort le 31 mars 2013 : Georges Abdallah doit-il lui aussi mourir en prison pour être libre ?
Georges Abdallah entame sa 30° année de prison alors qu'il est libérable depuis 16 ans. Aski ! Nous exigeons sa libération immédiate !


1. Annulation de la libération conditionnelle par la Cour de Cassation
Hier, la Cour de Cassation, la plus haute cour d’appel en France a statué contre la libération de Georges Abdallah, sous le prétexte que son extradition ne permettrait pas une surveillance électronique d’1 an après sa mise en liberté conditionnelle. Son expulsion était la condition de sa mise en liberté conditionnelle. Le document détaillant les délibérations et la décision du tribunal ne ferait aucune référence aux accusations d’origine pour justifier son maintien en détention.


Nous dénonçons la non-indépendance de la justice Française qui, dans le cas de Georges, fut obligé de se soumettre aux injonctions d'États étrangers pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la "justice".

Des militants libanais sont en attente d'une audition le 11 avril 2013 auprès du TAP (Tribunal d'Application des Peines)où ils espèrent remettre en cause la décision de la Cour de Cassation.
Cependant, il est difficile de savoir si la décision de jeudi peut être contestée. «Selon la justice française, un cas comme celui-ci ne peut être contesté» a déclaré à Al-Akhbar le frère du prisonnier, Joseph Abdallah. Au Liban, des dizaines de militants sont rassemblés devant l’ambassade française pour protester contre la décision de jeudi, dans la continuité de plusieurs mois de manifestations et de sit-in incessants pour exiger la libération de Georges Abdallah.


2. Une libération conditionnelle reportée depuis 15 mois...
Le 19 novembre 2012, la demande de libération conditionnelle de Georges Abdallah a été accordée par la justice. Or depuis 6 mois, l'actuel gouvernement PS de l'État français s'obstine à ne pas signer l'arrêté d'expulsion conditionnant sa mise en liberté en prolongeant ainsi son acharnement à l'encontre de ce prisonnier politique communiste libanais. Désormais, Georges Abdallah est donc dans l'attente de la signature d'un seul homme pour sortir de prison : celle du Ministre de l'Intérieur de l'État français, Manuel VALLS qui la lui refuse jusqu'à présent.
Le caractère politique de cette affaire n'est plus à démontrer. En effet, alors que le Tribunal de Pau relaxe Georges (19 novembre 2003), le ministère public se pourvoit en cassation sous la pression des États-Unis et d'Israël... Aujourd'hui encore la décision
revient n'ont pas à la justice mais au Ministre de l'Intérieur car il s'agit bien d'une décision politique et non juridique. C'est une honte pour l'État français!

.

 Criminalisation des prisonnier(ère)s politiques
Cette criminalisation vise tout particulièrement les prisonnier(ère)s politiques dont la condition est systématiquement niée par l'État français en étant considéré(e)s comme des terroristes et en étant soumis à un Régime et à des Lois d'Exceptions tout en subissant la condamnation à mort au travers de l'extermination lente en prison comme cela a eu lieu le 31 mars 2013 avec la mort du prisonnier politique basque Xabier Lopez Peña.
C'est pourquoi, Georges Abdallah a rejoint la grève de la faim réalisée actuellement par le collectif des prisonnier(ère)s politiques basques pour dénoncer la mort de Xabier Lope Peña due à une situation de tortures et de condamnations à mort illégales qui ne dit pas son nom... quand il s'agit de vengeance et terreur d'État!


3. Criminalisation de la solidarité
Nous dénonçons aussi la criminalisation du mouvement populaire de solidarité. En effet, aujourd'hui à 18h : un manifestant solidaire avec Georges comparaît au Tribunal de Grande Instance à Paris en étant accusé d'être «l'organisateur d'une manifestation non déclarée», après une mise en garde à vue le 31 janvier 2013 qui a duré plus de 18 heures... Ce jour-là, c'est aussi l'interpellation de 44 manifestant(e)s, lors du même rassemblement de solidarité avec Georges qui se déroulait à proximité du Ministère de l'Intérieur de l'État français... Nous ne céderons pas face à ce chantage et nous manifestons notre entière solidarité avec ce manifestant jugé aujourd'hui à Paris.


L'État français mène une politique de muselage et de terreur afin d'imposer un modèle de société capitaliste qui, comme on a pu le voir ces dernières années, ne marche que pour les riches en faisant payer les pauvres (crise économique, chômage en hausse, pauvreté en augmentation, austérité...). La répression violente envers les mouvements sociaux (Notre-Dame-des-Landes, Continental, PSA...), les arrestations arbitraires, le maintien en prison de prisonnier(ère)s politiques, les lois d’exceptions mises en place en sont une claire démonstration.
Par conséquent, nous en concluons que la solidarité est une résistance active qui permet de sauvegarder les droits fondamentaux tout en développant la conscience que ce système d'oppressions multiples n'en forme qu'un seul au service des intérêts d'une poignée de nantis...
C'est pour dénoncer tous ces faits que nous appelons à un rassemblement à Bayonne le jeudi 11 avril (jour de la décision rendue par la Cour d'Appel) à 18h devant la sous- préfecture.
Solidarité avec Georges Abdallah au Pays Basque
Email. csgabaiona@gmail.com

Repost 0
Published by Evanosiam - dans Pays Basque
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 17:55

 

 

   

C'est le journal « Sud-Ouest » qui (une fois n'est pas coutume) nous informe : Il fait état de bisbilles intervenues au sein de la Municipalité de Boucau entre salariés grévistes et premier magistrat de la Commune.

 

En effet, Madame le Maire a décidé de remplacer sur leur poste de travail, les agents territoriaux affectés aux cantines, garderies et transports scolaires qui ont participé à la journée nationale d'action du jeudi 31 janvier 2013 pour « la défense d'un service public de qualité. » Et Marie Josée ESPIAUBE de préciser : « Je ne suis pas contre le droit de gréve. »

 

Le syndicat C.G.T. dénonce une telle attitude et parle de remise en cause du droit de gréve...

 

Voyons tout cela de plus près...

 

Madame le Maire n'est pas contre le droit de gréve. Voila qui sonne fort et clair. Notons, cependant, que le contraire serait bien téméraire. Le droit de gréve est un droit constitutionnel et toute entrave à son encontre est encore aujourd'hui, punissable devant les tribunaux.

Le premier magistrat de la Commune de Boucau, citée à comparaître pour un tel motif, cela ferait désordre, surtout si l'on prend au pied de la lettre son étiquette d'élue...communiste ! Passons...

 

Si l'on se réfère toujours aux folliculaires locaux, la première dame de la cité leur aurait même précisé : « ...J'ai des responsabilités et je dois faire en sorte que le service public soit assuré. »

 

A titre d'information, il faut quand même savoir que le Maire (PCF) de Tarnos a supprimé ce jour là les cantines, garderies et transports scolaires de sa ville. Il a lui même et en personne participé à la manifestation pour la défense du Service Public ce 31 janvier à Bayonne.

Irresponsable ou simplement...communiste ?

 

En fait pour « Sud-Ouest », il s'est bien agi pour Marie Josée ESPIAUBE, d'assurer le service minimum, mais sans le nommer.

Et Jean MATON, chef de file de la droite boucalaise de glisser, perfide, que Madame le Maire s'est pourtant toujours opposée jusqu'ici à la mise en place d'un service minimum, aidée en cela par ses alliés socialistes..

Néanmoins et n'en déplaise à « Sud-Ouest » et à Monsieur MATON, le Service Minimum d'Accueil (SMA) ne concerne pas les agents territoriaux mais les enseignants des écoles maternelles et élémentaires. L'obligation d'accueil qui en découle ne concerne que le temps scolaire. Par conséquence, le fonctionnement de la garderie du matin, de la cantine et du périscolaire du soir, ne relève pas du champ d'application du SMA.

 

 

Si l'on poursuit la lecture de cet intéressant article de presse, Madame le Maire a précisé qu'elle «avait cherché à savoir qui était susceptible de faire grève dans les secteurs liés aux écoles et personnes âgées. » 

Or, s'il appartient effectivement à l'autorité territoriale de procéder au recensement des grévistes, ce recensement ne doit s'effectuer qu'à l'ouverture du service et au cours de la journée.Il n'existe pour les fonctionnaires territoriaux aucune obligation de faire savoir à l'avance qu'ils ont l'intention de faire gréve.

Notons, au surplus, que rétablir un effectif correspondant au service normal, reviendrait à entraver le droit de gréve...Qu'en a-t-il été à Boucau, le 31 Janvier 2013 ?....

 

 

 

Enfin et pour terminer, Marie Josée ESPIAUBE a cru bon d'indiquer à la Presse qu'elle « redoutait un climat d'incompréhension en cas de fermeture des services ».

 

Redoutable, en effet, de mécontenter l'usager alors que se profilent déjà à l'horizon 2014, de nouvelles élections municipales...

Pour ce qui nous concerne, nous n'avons aucune inquiétude. La « discipline républicaine » a fait élire HOLLANDE avec les résultats que l'on connaît. Bien qu'il ne faille jamais jurer de rien, les « camarades » socialistes seraient d'une ingratitude sans nom, s'ils ne renvoyaient pas l'ascenseur le moment venu...

 

 

Pour conclure :

 

Le 31 janvier 2013, Madame le Maire de Boucau n'avait aucune obligation de remplacer les agents territoriaux grévistes dans les écoles.

En agissant de la sorte, elle n'applique pas plus le S.M.A . qu'elle ne remet en cause le droit de gréve.

Elle se comporte simplement comme un patron briseur de gréve.

 

 

 

Boucau le 10 février 2013

 

 

 

 

 

« Les Amis de Karl Marx » B.P. 59 – 7, rue Maurice Perse - 64340 BOUCAU

http://lesamisdekarlmarx.over-blog.com akmarx@voila.fr

Repost 0
Published by Evanosiam - dans Pays Basque
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 13:11

Accord sur l’emploi : La grande braderie des droits des salariés

 

Le 11 janvier, les négociations nationales dites de « sécurisation de l’emploi » se sont terminées par un projet d’accord d’une extrême gravité pour les droits des salariés. La CGT et FO ont annoncé qu’elles ne le signeront pas. Par contre, la CFDT, la CGC et la CFTC ont décidé de le parapher.  Un projet de loi début mars doit être présenté au Conseil des ministres pour ensuite être soumis au Parlement.

 

La CGT s’adresse avec solennité à l’ensemble des salariés : cet accord concerne tous les salariés et prétend mettre en place ce dont le MEDEF a toujours rêvé et qu’il n’avait jamais réussi à imposer.

 

Un accord de flexibilisation forcée.

Alors qu’il y a chaque jour plus de 1500 nouveaux chômeurs, que les ruptures conventionnelles (dont 80% sont imposées aux salariés) et les plans de départs volontaires » explosent, le patronat prétend qu’il serait difficile de licencier ? Que le droit du travail serait trop rigide ? Faudrait-il pour travailler accepter de perdre tous ses droits, que le travail non ou mal déclaré devienne la norme, que les « mini jobs » à l’allemande ou le travail « indépendant» à la roumaine ou à la polonaise fleurissent ?

L’accord organise, la mobilité interne forcée, d’un site à l’autre, sans aucune limite garantie nationalement, pour le temps et la distance supplémentaire de trajet. Et celui qui refusera sera licencié pour « motif personnel » !  

 

Un accord de sécurisation de la délinquance patronale.

Les salariés, quelle que soit la taille de leur entreprise, quel que soit leur type de contrat et même s’ils sont mal déclarés, ont aujourd’hui un  droit commun : pouvoir aller aux prud’hommes et espérer récupérer les sommes qui leur sont dues.

L’accord met en place un maximum récupérable selon l’ancienneté et empêche de remonter au début du préjudice. La réparation pour des faits remontant à plus de 3 ans ne sera plus possible! 

Au delà des heures ou des salaires non payés, les victimes de harcèlement, de discriminations et celles de l’amiante apprécieront !

En instaurant des peines « plafond », l’accord fait des employeurs la seule catégorie qui échappe en France à la sanction proportionnelle au délit.

 

Un accord de chantage à l’emploi

N. Sarkosy en avait fait son cheval de bataille. Mais ça avait raté. Les salariés savent par expérience que quand ils acceptent « pendant une période difficile » de réduire leur salaire et leur temps de travail, dès que l’accord est terminé, le patron invente autre chose avec des plans de licenciements à la clé.

L’accord prévoit que les salariés qui touchent en net à partir de 1300 euros par mois pourront voir leur salaire baissé ou leurs horaires modifiées pendant 2 ans ! C’est toujours le même discours : si ça va mal, c’est de la faute des salariés, qui seraient « trop payés ». Par contre, rien sur une baisse « temporaire » des éventuels dividendes versés aux actionnaires !

 

Une attaque en règle contre le CDI

Le MEDEF n’a pas réussi à imposer son « CDI de projet », mais veut expérimenter pour des salariés des petites entreprises le contrat « intermittent », c’est à dire un contrat totalement flexibilisé, qui empêche toute vie régulière et toute construction d’avenir. 

Le patronat veut faire avaliser l’instauration d’un pseudo CDI dit CDI intérim sur lequel les négociations  de branche butent depuis des mois.

 

Un accord pour faciliter les licenciements

Aujourd’hui 3% des nouveaux chômeurs ont pu « bénéficier » d’un plan social, c’est encore trop pour le MEDEF.

Sa solution est radicale : décider de la procédure de licenciement et du contenu du plan social par simple accord d’entreprise, voire, si les délégués sont récalcitrants, par un simple document de l’employeur homologué par la direction du travail. Il suffira à l’employeur de consulter la CE, (un avis négatif suffit)  et d’attendre 3 semaines la réponse de l’administration. Sans réponse, le texte est homologué et le patron peut licencier.

 

Où sont les mesures contre les licenciements boursiers, les possibilités données aux salariés pour construire des propositions alternatives aux projets patronaux ? Le recours à l’expert est limité comme jamais, le juge est mis « hors sujet », et tous les délais sont fixés à l’avance.  

Rien n’est prévu pour accompagner les salariés licenciés : aucun moyen nouveau pour Pôle emploi, rien de neuf au niveau du bassin d’emploi. Les droits individuels à la formation restent à 120 h maximum….

 

En « contrepartie » de ces reculs, des avancées pour plus tard, peut être, et pas pour tous

 

  • Une complémentaire santé pour tous ? Les salariés des entreprises de moins de 50 salariés ne sont, pour la plupart, pas concernés ! Par contre les assurances se frottent les mains à l’avance du pactole qui va leur être offert. Tant pis pour la Sécu !

 

  • Des « droits rechargeables » à l’indemnisation pour les demandeurs d’emploi ? Ce sont les chômeurs eux-mêmes qui vont devoir se les payer entre eux, le Medef ne prévoyant pas de recettes supplémentaires. Ceci alors que plus de 50% des chômeurs ne sont pas indemnisés aujourd’hui!

 

  • Des « contrats courts » enfin taxés ? Tant mieux, mais le Medef a réussi à ce que cette mesure ne rapporte rien à l’UNEDIC, mais rapporte plus de 40 millions d’euros aux employeurs, puisqu’ils ont décidé d’exonérer de cotisations patronales l’embauche de jeunes de moins de 26 ans. C’est un nouveau jackpot pour le patronat! 

 

  • Un encadrement du travail à temps partiel ? Les 24h hebdomadaires mini prévues pour tout contrat à temps sont en réalité un chiffre « lissé » sur l’année pour ceux et celles qui sont déjà à temps partiel. Ce qui autorise tous les abus. Pour les autres, si le salarié le demande (surtout si l’employeur lui conseille de demander), ce minimum peut être diminué. Et l’employeur pourra imposer de modifier 8 fois par an le volume d’heures hebdomadaire. S’il y a plus d’heures que prévu, elles ne  seront pas forcément considérées comme des heures complémentaires et donc ne seront pas payées plus !

 

Le pompon de ces « avancées », c’est qu’aucune ne s’applique tout de suite. Il va falloir que de nouvelles négociations s’ouvrent, en particulier dans les branches professionnelles.

 

Le « nouveau modèle économique et social » que cet accord veut imposer, n’a rien de neuf : c’est le règne du « gré à gré », la destruction des socles de garanties collectives, comme si le salarié était à égalité face à son patron. C’est le libéralisme et sa loi de la jungle ! Les Français l’ont rejeté en mai dernier.  

Le MEDEF, qui tient là sa revanche, appelle à transposer l’accord « tel quel » dans la loi. Il n’y a aucune raison pour lui faire ce cadeau : Mobilisons nous partout pour que la loi à venir rompe avec la politique précédente et construise réellement de la sécurité pour l’emploi des salariés.   

 

www.cgtnord.fr

Repost 0
Published by Evanosiam - dans Pays Basque
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 23:42

 

 

Aurore MARTIN, militante de la cause basque de nationalité française, membre de BATASUNA , a été interpellée jeudi 1ernovembre 2012 à Mauléon, en exécution d’un mandat d’arrêt européen émis par l’Espagne et immédiatement remise aux autorités de Madrid.

 

Depuis la création du M.A.E., les Amis de Karl Marx n’ont jamais cessé d’affirmer que:

 

"Le M.A.E. est une véritable menace pour la liberté d'expression. Procédure exceptionnelle établie sous couvert de guerre au terrorisme, il peut devenir à tout moment une véritable machine de guerre contre les droits démocratiques fondamentaux et contre ceux qui pour diverses raisons se trouveraient « en opposition » avec un système économique, politique et social de plus en plus mondialisé et injuste: le capitalisme.

C'est ainsi que tout mouvement révolutionnaire qui, par définition, met en cause la Constitution en vigueur, peut être catalogué de « terroriste » et poursuivi en tant que tel. »

 

Nous avons également démontré comment la collaboration répressive des Etats européens s’exerce indépendamment de la couleur politique de leurs gouvernements, de droite, comme de gauche et sans égard à la légalité d’une organisation dans l’état qui extrade (BATASUNA est légal en France).

 

Le samedi 25 mai 2011 à Bayonne, les A.K.M. ont participé à une manifestation convoquée par la collectif anti-MAE, sans oublier que toute honte bue, ceux-là mêmes dont les représentants nationaux ont voté la mise en place du MAE, participaient au cortège pour réclamer une « modification » du texte !...

« Ce que Guéant n’avait pas osé faire, le ministre Valls vient de le commettre. Quelle honte ! » s’indigne Olivier Dartigolles, porte-parole du P.C.F. des Pyrénées Atlantiques.

Mais, de tous temps à jamais, la mission du PS n’est-elle pas de venir au gouvernement à un moment où le rapport des forces bascule en faveur du mouvement ouvrier, en concédant le minimum nécessaire pour conserver le pouvoir à la bourgeoisie puis entreprendre la récupérationde ce qui a été concédé ?...

 A chaque fois, le PS mystifie les travailleurs et leur porte des coups que la droite n'aurait pas été capable d'imposer de front.

Le parti socialiste est un parti de la bourgeoisie qui doit être dénoncé et combattu en tant que tel, de façon spécifique en raison de sa duplicité.

 

Les faits, encore aujourd’hui, nous donnent malheureusement raison.

 

Les Amis de Karl Marx réclament l'abrogation immédiate du M.A.E. nouvelle étape dans le renforcement de l'autoritarisme inhérent à la domination de la bourgeoisie. 

 

Les Amis de Karl Marx appellent leurs membres, leurs sympathisants et tous les démocrates à impulser et à participer aux activités militantes de soutien et de solidarité afin d’obtenir la libération immédiate d’Aurore MARTIN.

 

 

Boucau le 2 novembre 2012

 

 

 

Repost 0
Published by Evanosiam - dans Pays Basque
commenter cet article
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 15:15

Motion de soutien

au « Journal du Pays Basque. »

 

 

« Le Journal du Pays Basque » n'est absolument pas marxiste-léniniste. C'est une évidence. Cela ne l'empêche pas de publier certaines de nos déclarations et prises de positions au nom de la liberté d'expression et du pluralisme.

 

A plusieurs reprises, nous avons remercié les responsables de ce quotidien local pour oser mettre en pratique ce que la majorité des médias de ce pays psalmodient jusqu'à saturation, mais n'appliquent jamais !...

 

« Les Amis de Karl Marx » apportent leur soutien plein et entier au « Journal du Pays Basque »traîné en justice par le chef de service du journal « Sud-Ouest »de Bordeaux pour avoir publié un article écrit par un de ses lecteurs dans sa page "opinions"et ce, sans que le plaignantn'ait à aucun moment demandé à utiliser son droit de réponse...

 

Il est indispensable que« Le Journal du Pays Basque » puisse continuer à donner la parole à tout le monde, et permette ainsi de faire avancer les débats localement.

 

Comme durant ces onze dernière années, le JPB doit pouvoir informer ses lecteurs d'une manière différente, de manière indépendante comme il l'a toujours fait.

 

« Les Amis de Karl Marx » appellent tous leurs adhérents et sympathisants à diffuser le présent message auprès leurs connaissances et à apporter leur soutien financier au JPB notamment par une lecture régulièrede celui-ci.

Boucau le 10 octobre 2012

 

 

 

 

Repost 0
Published by Evanosiam - dans Pays Basque
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 11:18

SARKO BAIONA (1)

Repost 0
Published by Evanosiam - dans Pays Basque
commenter cet article
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 16:07

Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté !

La dernière séance du Conseil Municipal de Boucau en date du 19 décembre 2011 a donné lieu à une émouvante cérémonie œcuménique qui a vu Mesdames et Messieurs les Conseillers voter, à l'unanimité, l'abandon à la sous traitance de l'éclairage public de notre cité.

 

PHOTO_6.jpg

 

C'est main dans la main, que les élus du P.C.F., du Parti Socialiste, de l'U.M.P. ainsi que les « apolitiques » de droite locaux ont permis la concrétisation du grand rêve convivial de Françis Gonzalez ! Tous ensemble, tous !....

 

Les fâcheux doctrinaires du syndical C.G.T. des Territoriaux forgerons n'ont décidément rien compris : « externalisation n'est pas privatisation » (sic), même si à plus ou moins long terme c'est un service municipal qui va disparaître et qui sera effectué par une boite privée, le SDEPA (Syndicat d'électrification des P.A.).

 

Consolez-vous. C'est pour le bien de tous !

Et surtout, pensez aux substantielles économies de deniers publics que cette décision va engendrer...(A ce propos, la Mairie ne manquera évidemment pas de communiquer le moment venu, le résultat financier de cette opération.)

 

L'heure est à l'union face à la crise et rien n'est plus réconfortant que de voir MJ.Espiaube, C. Martin, A. Maton et F. Gonzalez, enfin sur une même ligne (fusse-t-elle électrique), terminer de manière aussi consensuelle cette année 2011.

 

Pour ce qui concerne les A.K.M., nous étions déjà particulièrement à la peine pour discerner les différences fondamentales entre les programmes de Nicolas Sarkozy et de François Hollande pour les prochaines élections présidentielles d'avril, mais voilà qu'aujourd'hui, nos yeux se mettent à loucher en parcourant le « pacte pour un nouvel essor des services publics » de Jean-Luc Mélanchon...

 

Nous pensions avoir lu : « Les services publics doivent satisfaire les besoins des populations et l'intérêt général. Ils doivent donc être préservés de toute soumission à des intérêts privés comme aux marchés financiers (…)

L'éducation, la santé, la protection sociale, la recherche, l'énergie, l'eau (…) seront protégés comme notre patrimoine commun (…) les moyens des services publics seront renforcés(.;.) pour leur permettre de remplir leurs missions en dehors de toute contrainte financière... » ,

Mais il doit y avoir erreur de notre part et c'est tant mieux, car il nous avait aussi semblé que selon le candidat du Front de Gauche :« Les directions des entreprises publiques qui se sont acharnées à introduire la logique privée au détriment de l'intérêt général seront remplacées par des cadres compétents et attachés au service public. »

 

On tremble en pensant à ce qui aurait pu se passer dans les Mairies ! Ouf !

Boucau le 29 décembre 2011

Repost 0
Published by Evanosiam - dans Pays Basque
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 23:51

 

P1110413.JPG

 

Le 1er Décembre 2011, un tract du syndicat C.G.T. des Territoriaux informe la population boucalaise que la municipalité projette de privatiser l'éclairage public de notre ville.

C'est aussi pour défendre le service public local, que le personnel municipal se met en grève ce jour là.

 

Les AKM expriment leur entier soutien à la lutte entreprise et demandent aux élus boucalais de revoir leur copie.

 

Externalisation ou privatisation ?...

 

Il ne s'agit pas de jouer sur les mots car contractualiser l'éclairage public de la Commune de Boucau par un transfert de compétence au syndicat de la SDEPA, cela signifie clairement confier à des sous traitants privés un service municipal actuellement assumé par les territoriaux.

 

Ce projet nous semble parfaitement incohérent car non seulement la maintenance actuelle de l'éclairage public donne entière satisfaction à la population mais aussi parce que ce transfert ne générera pas le moindre gain d'argent public, au contraire....

 

A quelques mois d'échéances électorales censées permettre le retour de la « gauche » au pouvoir, l'initiative de notre Municipalité donne un éclairage très particulier sur ce que pourrait être le changement rêvé par un certain nombre de travailleurs de ce pays, s'ils ne décident pas de prendre eux mêmes en mains la défense de leurs intérêts...

Les AKM n'oublient pas que le plus grand nombre de dénationalisations en France a été effectué ou mis en route par JOSPIN et son gouvernement !.....

 

HALTE A LA PRIVATISATION RAMPANTE DU SERVICE PUBLIC A BOUCAU

 

 

Boucau le 9 décembre 2011

 

 

Repost 0
Published by Evanosiam - dans Pays Basque
commenter cet article