Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Sommes-Nous ?

  • : Les Amis de Karl Marx
  • Les Amis de Karl Marx
  • : Rien d’autre qu’un lieu de rencontre pour tous les communistes qui se réclament des principes édictés par Marx, Engels et Lénine et qui proclament la nécessité d’un parti révolutionnaire. Un lieu de rencontre pour tous les militants toujours fidèles à un syndicalisme de lutte de classe.
  • Contact

Profil

  • Evanosiam
  • Description : Rien d’autre qu’un lieu de rencontre pour tous les communistes qui se réclament des principes édictés par Marx, Engels et Lénine et qui proclament la nécessité d’un parti révolutionnaire.
  • Description : Rien d’autre qu’un lieu de rencontre pour tous les communistes qui se réclament des principes édictés par Marx, Engels et Lénine et qui proclament la nécessité d’un parti révolutionnaire.

Recherche

Information

Certaines images, certaines musiques et chansons présentes sur ce site sont la propriété de leurs auteurs et éditeurs. Toutes ces reproductions sont présentées dans un but informatif et non commercial. Cependant, si les auteurs et éditeurs souhaitent les voir supprimées, cela sera fait immédiatement sur simple demande.
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 15:41

Nous renvoyons nos camarades lecteurs à un tract publié par nous sur ce blog en 2004 et qui concernait le Pays Basque.

A notre avis, il est parfaitement adaptable à la situation en Catalogne actuellement.

A.K.M.

La question nationale :

« Un peuple qui en opprime un autre ne saurait être libre » (Lénine)

 

La classe ouvrière doit être attentive à toute apparition de mouvements nationaux de masse car les répudier, refuser de soutenir ce qu’ils ont de progressif, serait en fait céder aux préjugés nationalistes, proclamer « sa » nation comme « nation modèle ».

Si le développement du capitalisme n’éveille pas forcément toutes les nations à une vie indépendante, il n’en demeure pas moins que le principe de la libération complète de toutes les nations, c'est-à-dire la liberté pour elles de se séparer, doit être fermement soutenu.

Nos intérêts de travailleurs en lutte contre le capital exigent la solidarité complète et la plus étroite unité de toutes les nations ; ils exigent qu’une riposte soit infligée à la politique de la bourgeoisie de quelque nationalité que ce soit.

En l’espèce, il nous est indifférent que notre principal exploiteur soit le patronat français, espagnol ou basque.

Le salarié conscient de ses intérêts de classe doit combattre les privilèges des capitalistes français ou espagnols et dénoncer les promesses mensongères de la bourgeoisie basque.

Mais il n’empêche que dans la situation d’un éveil du Pays Basque à une vie indépendante, nier le droit de libre disposition ou de séparation de celui-ci signifierait, dans la pratique, à soutenir les privilèges de la nation dominante : la France ou l’Espagne.

Le moindre appui accordé par le prolétariat aux privilèges de « sa » bourgeoisie nationale provoque inévitablement la défiance du prolétariat de « l’autre » nation, affaiblit la solidarité internationale de classe des travailleurs, instaure leur désunion pour la plus grande joie du capitalisme.

En vérité, si par crainte « d’aider » la bourgeoisie basque, nous refusions le droit de principe de la séparation du Pays Basque, nous aiderions en fait les bourgeoisies française et espagnole à conserver leurs privilèges.

A tous ceux (et ils seront nombreux) qui ne manqueront pas de nous accuser d’encourager le séparatisme, nous répondons par avance que leur accusation est aussi absurde et aussi hypocrite que de soutenir que le droit au divorce encourage la destruction de la famille.

Nier la liberté pour les nations à disposer d’elles-mêmes, c'est-à-dire de se séparer, c’est défendre les méthodes policières de gouvernement au détriment des méthodes démocratiques.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Evanosiam - dans International
commenter cet article

commentaires