Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Qui Sommes-Nous ?

  • : Les Amis de Karl Marx
  • Les Amis de Karl Marx
  • : Rien d’autre qu’un lieu de rencontre pour tous les communistes qui se réclament des principes édictés par Marx, Engels et Lénine et qui proclament la nécessité d’un parti révolutionnaire. Un lieu de rencontre pour tous les militants toujours fidèles à un syndicalisme de lutte de classe.
  • Contact

Profil

  • Evanosiam
  • Description : Rien d’autre qu’un lieu de rencontre pour tous les communistes qui se réclament des principes édictés par Marx, Engels et Lénine et qui proclament la nécessité d’un parti révolutionnaire.
  • Description : Rien d’autre qu’un lieu de rencontre pour tous les communistes qui se réclament des principes édictés par Marx, Engels et Lénine et qui proclament la nécessité d’un parti révolutionnaire.

Recherche

Information

Certaines images, certaines musiques et chansons présentes sur ce site sont la propriété de leurs auteurs et éditeurs. Toutes ces reproductions sont présentées dans un but informatif et non commercial. Cependant, si les auteurs et éditeurs souhaitent les voir supprimées, cela sera fait immédiatement sur simple demande.
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 11:30

REFUSONS LE FRONT REPUBLICAIN

 

AUCUNE VOIX POUR LES CANDIDATS DU CAPITAL !

 

 

Le 23 avril 2017, le premier tour de l’élection présidentielle a mis en tête Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Les candidats des deux « grands » partis traditionnels qui gouvernent depuis plus de 40 ans ont été éliminés sèchement. Le PS a payé ses cinq années de politique anti-ouvrière. La lutte contre les lois El khomri a donné des résultats. Holland, Valls ont été éjectés suite à la force de la lutte tandis que Fillon (LR) s’est enfoncé dans des affaires de corruption. Une recomposition du jeu politique bourgeois sans précédent est à l’œuvre.

 

Emmanuel Macron, en tête au soir du 1er tour a reçu un soutien massif des milieux économiques et les médias à la solde des grands magnats du capital n’ont cessé de chanter ses louanges. Il représente un parti du capital. Une fraction de la bourgeoisie a pris le risque de soutenir Macron dès le départ. Pourquoi un tel risque ? Parce que la bourgeoisie est dans l'obligation de changer ses représentants politiques car les anciens ne sont plus en mesure de réaliser le programme néolibéral, réactionnaire. Macron a justement été soutenu par le MEDEF pour cette raison, pour appliquer ce programme.

 

La candidate arrivée en deuxième position, Marine le Pen, représente la frange la plus réactionnaire de la bourgeoisie. Elle rêve de réaliser les buts de l’ancienne France colonialiste qui partait en guerre seule pour ses intérêts. Mobilisant sur les thèmes traditionnels de l’Extrême-droite (immigration, islamisation, Europe) et profitant du climat anxiogène de l’Etat d’urgence et de « lutte contre le terrorisme » elle a su attirer à elle de vastes couches de commerçants, artisans et salariés menacés par le déclassement et la paupérisation. Cependant à part son populisme, elle ne constitue pas une alternative au « système » et ne fait que diffuser le poison du racisme et de la xénophobie en divisant les travailleurs sur des questions d’origines et de religion. Elle est en permanence contre les organisations des travailleurs et de lutte. Ce n’est pas un hasard.

 

Nous n’appelons pas à voter Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle. Rappelons-nous, en 2012, il fallait voter pour le « moins pire », Hollande, pour quel résultat ? Il ne peut y avoir d’union nationale ou de front républicain derrière un candidat qui défend l’intérêt de la grande bourgeoisie, qui a le soutien du MEDEF et de tous les grands centres financiers d’Europe. Il ne peut y avoir d’unité nationale autour d’un candidat qui a fait tant de mal à la classe ouvrière et qui veut démanteler les derniers acquis sociaux conquis de hautes luttes par les générations précédentes.

Nous appelons les travailleurs à prendre leur destin en main. Les élections dans la société n’ont jamais apporté le bonheur pour les travailleurs et les couches opprimés. La seule issue est de s’organiser indépendamment de la bourgeoisie, prendre des forces qui viennent de la production et se mobiliser dans une perspective anti capitaliste, pour construire notre avenir.

Que ce soit Le Pen ou Macron, il ne faut pas rêver, aucun des deux ne défendra nos intérêts ! Dans les deux cas, il y aura une dégradation des acquis, des tentatives de division des travailleurs, une accentuation de l’exploitation, de la précarité, des pressions guerrières et sécuritaires. Si nous voulons gagner, préparons la lutte. Mobilisons-nous sur le lieu de travail, les quartiers, l’école et descendons dans la rue pour hisser le drapeau du prolétariat !

Entre la peste blonde et le choléra libéral il n’y a pas à choisir !

Opposons-nous en nous abstenant !

Renforçons les luttes notamment le 1er mai :

- Contre les lois anti ouvrières, les pressions sur les travailleurs qui luttent et les jeunes des quartiers

- Contre Les guerres impérialistes, pour une rupture anticapitaliste !

Classe contre classe jusqu’à la conquête du pouvoir pour renverser le capitalisme

 

 

ROCML, JCML le 25 avril 2017 roc.ml@laposte.net www.rocml.org

Repost 0
Published by Evanosiam - dans France
commenter cet article
25 décembre 2016 7 25 /12 /décembre /2016 16:30
24 décembre 2016
Discours de clôture du 20ème congrès du Parti communiste portugais, 4 décembre 2016

Discours prononcé à Alamada par Jeronimo de Sousa, secrétaire général du PCP, le 4 décembre 2016, traduction MlJ pour « Solidarité internationale PCF – Vivelepcf ».

Camarades et amis, chers invités,

Au moment de clôturer les travaux de notre 20ème congrès, nous pouvons dire que nous avons rempli avec succès les objectifs que nous nous étions fixés.

Premièrement, par le degré d’implication et de participation des délégués. Ils ont honoré par leur présence et leur participation permanentes le mandat qui leur a été donné. Personne ne les a contraints. C’est un acte libre et responsable d’hommes et de femmes libres qui aspirent à une vie meilleure pour les travailleurs et le peuple portugais, d’hommes et de femmes qui font la différence, dans les formes d’engagement politique, en étant membres de notre parti.

Même au moment de leurs congrès, les partis ne sont pas tous pareils.

Nous saluons aussi les camarades et les invités, toujours présents, qui ont manifesté leur adhésion aux interventions. Des délégués venant de Bragance ou de l’île de Flores (Açores) ont parlé de la vie, des problèmes de leur région, de leur secteur d’activité, de la réalité des entreprises et des lieux de travail.

Nous avons entendu des ouvriers, d’autres travailleurs ; nous avons entendu des paysans, de petits entrepreneurs, des intellectuels, des jeunes, des femmes, des retraités, des personnes handicapées, des spécialistes, des hommes et des femmes de science, qui sont venus parler de politique économique, de santé, d’éducation, de sécurité sociale, d’accès à l’eau, de la valeur du travail, de la culture et de la production nationale.

Ils ont parlé de leur pays et de la souveraineté nationale.

Nous avons exprimé, naturellement et spontanément, nos sentiments internationalistes, notre profonde et sincère solidarité avec les partis, les peuples et les pays victimes des attaques et des menaces de l’impérialisme, Cuba, la Syrie, la Palestine et l’Ukraine pour ne citer que ceux-là.

Nous avons parlé de la lutte et de son développement comme élément stratégique pour mettre un terme aux blocus, aux pressions et pour commencer à construire une politique alternative patriotique et de gauche.

Nous avons parlé de la vie de notre parti, du renforcement politique, social et électoral du PCP comme condition irremplaçable et indispensable à la construction des politiques alternatives pour lesquelles nous combattons, du renforcement de l’organisation du Parti, en particulier en menant une grande campagne d’adhésion.

Nous avons parlé et débattu de la nouvelle phase de la vie politique nationale et le Congrès a apprécié le rôle du Parti, de ses propositions et initiatives.

Et, chers camarades, permettez-moi de reprendre les dernières phrases du discours de clôture du 19ème congrès. Nous affirmions alors : « Dans une situation où ça cogne si dur, où les travailleurs, le peuple portugais et le pays subissent la tempête destructrice et dévastatrice de la politique du gouvernement PSD/CDC-PP, nous affirmons : Rien n’est perdu à jamais ».

« Quand les travailleurs et la population ont intensifié et étendu la lutte, le gouvernement a été ébranlé ; si les cette lutte se développe, le gouvernement sera battu. » Et c’est ce qui s’est passé !

Et pas seulement le gouvernement PSD/CDS-PP mais aussi l’idéologie du fatalisme, du conformisme et de la peur. Une fenêtre d’espoir s’est ouverte, des droits et certains revenus ont été rétablis, conquis.

Camarades et amis, chers invités,

A ce congrès, nous avons discuté de la phase nouvelle de notre vie politique nationale et de la détermination du PCP, avec les travailleurs et le peuple, de tout faire pour continuer à défendre, rétablir et reconquérir des droits.

Ce 20ème congrès a affirmé la nécessité et l’urgence de trouver une réponse à la grande question qui monte : celle de l’alternative capable d’ouvrir la voie pour résoudre les problèmes du pays.

Ce congrès a vu l’affirmation d’un parti, le Parti communiste portugais, qui assume le projet politique nécessaire au pays d’une politique patriotique, de gauche, et qui combat et combattra pour lui ; d’un parti, le Parti communiste portugais, qui s’adresse à tous les démocrates et les patriotes désireux de converger avec nous pour réaliser cette politique indispensable en vue de surmonter les problèmes du pays ; d’un parti, le Parti communiste portugais qui fait appel aux travailleurs et au peuple pour qu’ils prennent en main la défense de leurs intérêts et de leurs droits, qu’ils concrétisent la politique patriotique et de gauche en vue d’un Portugal développé et souverain.

Oui, à ce 20ème congrès, devant vous et devant le pays, le PCP s’affirme comme la force qui porte la politique nécessaire à l’avenir du Portugal, comme la force qui assume l’engagement pris envers les travailleurs et le peuple, tous les démocrates et les patriotes, pour qu’il soit enfin possible de mettre fin à l’exploitation, à l’appauvrissement, au déclin et à la mise sous dépendance, pour que soit assuré un avenir au Portugal.

Cette lutte et cette convergence ne tournent pas dans le vide. Il s’agit d’une lutte et d’une convergence pour une politique concrète offrant des solutions pour le pays.

Alors, ici, nous réaffirmons, synthétiquement, le contenu de cette politique patriotique et de gauche : libérer le Portugal de la soumission, de la dépendance et des contraintes imposées par l’euro, renégocier la dette, rendre au pays ce qui appartient au pays, ses ressources, ses secteurs stratégiques, son droit inaliénable à la croissance, au développement et à la création d’emplois.

Encourager le Portugal à produire, avec une agriculture plus forte, une pêche plus forte, une industrie plus forte ; créer plus de richesses et mieux la distribuer en soutenant les très petites, les petites et les moyennes entreprises, en valorisant le travail et les travailleurs, leurs salaires, leurs droits individuels et collectifs. Pour que le peuple ait le droit aux soins, le droit à l’éducation et l’accès à la culture. Pour que le peuple dispose d’une protection sociale.

Voilà la bonne voie, voilà l’alternative d’avenir. Le Portugal a besoin de ça et non d’un retour au passé, au « Pacte de stabilité et de croissance », ce pacte d’agression, à l’action dévastatrice du gouvernement de coalition PSD/CDS-PP. Voilà la voie d’avenir que notre congrès a tracée.

Nous allons la matérialiser, lier ces objectifs à notre action et nous voulons ici insister sur certaines priorités de nos prochaines interventions :

  • La lutte pour l’augmentation des salaires et le salaire minimum national à 600 euros, en janvier prochain ;
  • La lutte pour les droits des travailleurs, pour la suppression de dispositions graves du droit du travail, notamment l’abrogation de la caducité des conventions collectives et le rétablissement d’un traitement plus favorable aux travailleurs ;
  • Le combat contre la précarité et l’application du principe selon lequel à un emploi permanent doit correspondre un véritable contrat de travail ;
  • La défense et l’amélioration des fonctions sociales de l’Etat, notamment du Système national de santé, de l’école publique, des transports publics et de la culture ;
  • L’action pour la renégociation de la dette publique ; le développement de la campagne pour la libération de la soumission à l’euro, pour la production, l’emploi et la souveraineté nationale.

Il est incompréhensible que notre pays ne se prépare pas à se libérer de la soumission à l’euro.

Il est inacceptable de laisser l’avenir du pays entre les mains et au bon vouloir de ceux qui ceux qui veulent liquider notre souveraineté, de laisser le pays désarmé contre les nouveaux processus d’asphyxie et de chantage sur le Portugal. Il est inacceptable qu’ils veuillent nous attirer, comme peuple et nation, dans l’impasse de l’appauvrissement, de la dépendance, en négation des droits du Portugal à un développement souverain.

Il est inacceptable que, chaque année, plus de 8 milliards d’euros soient prélevés sur le budget national uniquement pour payer les intérêts de la dette, pour maintenir cette situation de « privilégiés », celle de se retrouver, à la fin de chaque année, avec exactement le même montant de dettes.

Il est incompréhensible que, chaque année, nous assistions aux mêmes menaces et chantage au déficit des finances publiques, alors que le véritable problème du pays est que le Portugal a une des plus lourdes dettes publiques et extérieures du monde.

Il est impensable de prolonger encore des années une dette publique insoutenable, en refusant d’ouvrir des négociations sur ses termes, ses intérêts et son montant, ce que le PCP propose depuis longtemps, et ce qui peut et doit être articulé avec une libération du pays de la soumission à l’euro.

Les élections locales de 2017 constituent une bataille politique importante que le Parti sera appelé à mener. Elles se tiendront à un moment très significatif :

  • Le moment d’affirmer et de renforcer la CDU [Coalition démocratique unitaire, coalition électorale conduite par le PCP – NdT] comme un espace de participation unitaire et de réalisation de la convergence démocratique, facteur du renforcement de la base de la lutte pour une alternative politique ;
  • Le moment de prouver notre capacité, déjà reconnue, à gérer, à s’engager pour les intérêts des populations et à répondre à leurs problèmes, en affirmant le PCP et la CDU comme une force capable d’assumer toutes les responsabilités que les travailleurs et le peuple voudront leur confier.
  • Le moment d’affirmer notre place singulière dans d’exercice du pouvoir, en mettant en avant notre honnêteté et notre compétence reconnues comme une valeur qui pèse et qui pèsera sur le choix de tous ceux qui ne renoncent pas à ces valeurs dans la vie politique nationale ;
  • Le moment pour progresser et avancer, pour confirmer des majorités [dans les assemblées locales] et pour conquérir de nouvelles positions et de nouveaux mandats, avec un renforcement électoral et politique, en octobre prochain, qui donnera l’influence nécessaire et indispensable au PCP, force politique nécessaire et indispensable, qui pourra peser, de ce fait, de façon plus décisive, dans la vie politique nationale.

Camarades et amis,

Le congrès a affirmé et réaffirmé notre identité de parti de la classe ouvrière, de tous les travailleurs, indépendamment de l’influence, des intérêts de l’idéologie et de la politique des forces du capital.

Il a confirmé et réaffirmé nos objectifs suprêmes, la construction du socialisme et du communisme, une société délivrée de l’exploitation et de l’oppression capitalistes.

Il a confirmé et réaffirmé notre base théorique, le marxisme-léninisme, la conception matérialiste et dialectique du monde, qui constitue un outil d’analyse, un guide pour l’action et une idéologie critique et transformatrice, ses principes de fonctionnement découlant d’un développement créatif du centralisme démocratique, basé sur une profonde démocratie interne, sur une orientation générale unique et une direction centrale unique.

Il a confirmé et réaffirmé que ce parti ne s’épargnera aucun effort, aucun travail, visant à défendre et conquérir des droits, à améliorer les conditions de vie des travailleurs et du peuple, en ayant toujours à l’horizon, comme le but suprême qui anime et justifie notre raison d’être et de lutter : la société libérée de l’exploitation de l’homme par l’homme.

Au début de ce congrès, nous avions dit que nous allions partir du présent pour penser le futur, un futur incertain devant la crise du capitalisme et la réponse impérialiste, agressive et belliqueuse, devant la crise dans l’Union européenne et celle de l’Union européenne qui continue de renvoyer à plus tard ses problèmes qui enflent. Incertitude aussi au niveau national devant la contradiction que les contraintes et directives extérieures font peser sur avancées sociales nouvelles.

Mais qui d’autre que ce parti, qui n’a jamais eu la vie facile, qui a été aguerri par tant de luttes, qui n’a jamais été découragé par les reculs et les défaites, qui n’a jamais relâché ses efforts après des avancées ou des victoires, qui d’autre que ce parti peut affirmer sa confiance dans les travailleurs, dans notre peuple, sa confiance dans notre patrie souveraine ?

La concrétisation du projet fascinant et de l’objectif pour lequel nous luttons, ce rêve millénaire de l’homme libéré de l’exploitation par un autre homme, de ce projet et de cet idéal qui nous ont amenés vers ce parti, se matérialisera peut-être après notre mort.

Mais c’est notre époque, le temps de faire, d’agir et de lutter pour ce projet et cet idéal. Rendons-les plus proches, rendons-les possibles !

Vive la lutte des travailleurs et du peuple !

Vive la solidarité internationaliste !

Vive la jeunesse et la Jeunesse communiste portugaise !

Vive le 20ème congrès !

Vive le Parti communiste portugais !

Repost 0
Published by Evanosiam - dans International
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 13:08

cmd

Bayonne : 4000 manifestants pour réclamer la libération des "artisans de la paix"

 
Bayonne : 4000 manifestants pour réclamer la libération des "artisans de la paix"
Près de 4000 personnes se sont rassemblées ce samedi après-midi sur le quai
Ekhi Erremundegi (Twitter)
Par , publié le , modifié .

Près de 4000 manifestants, selon les organisateurs, ont défilé ce samedi après-midi à Bayonne, pour réclamer la libération des cinq personnes interpellées vendredi soir à Louhossoa.

Au moins 4000 personnes, selon les organisateurs (2000 selon la police)  ont défilé ce samedi après-midi dans les rues de Bayonne, en soutien aux cinq militants pour le processus de paix au Pays Basque interpellés la veille à Louhossoa. Un rassemblement organisé à l'appel du collectif Bake Bidea, qui milite en faveur du processus de paix au Pays Basque.

Plus tôt dans l'après-midi, ces élus du Pays basque, de toutes sensibilités politiques, ont présenté une déclaration commune en conférence de presse. "Nous, élus du Pays Basque de toutes sensibilités politiques, sommes interpellés par ces arrestations car il s'agit de personnalités connues de tous, dont l'engagement en faveur de la paix est incontestable." Des personnalités, précisent-ils, "décidées à pallier le manque d'implication des états espagnol et français et à prendre en charge, au titre de la société civile, la destruction des armes de l'organisation ETA."

 

LES AMIS DE MARX EXIGENT LA LIBERATION IMMEDIATE DES "ARTISANS DE LA PAIX" !

 

Repost 0
Published by Evanosiam - dans Pays Basque
commenter cet article
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 19:56
 

Nous exprimons notre profonde solidarité de classe avec les millions d’ ouvriers immigrants, les millions de réfugiés qui sont confrontés a la double exploitation, pas seulement comme partie de la classe ouvrière mais aussi comme des immigrants.

Tous les ouvriers, étrangers et locaux, sont des frères de classe et leurs luttes sont communes, malgré leur nationalité, leur race, leur couleur de peau ou leur religion.

La FSM appelle à la classe ouvrière internationale pour qu’elle continue d’exprimer sa solidarité avec les immigrants et les réfugiés, surtout maintenant que l’agressivité et les guerres impérialistes ont créé d’ énormes vagues de réfugiés.

La discrimination raciale et les autres types de discrimination se créent et se maintiennent vivantes par les monopoles, les entreprises transnationales, les mécanismes impérialistes et les gouvernements réactionnaires afin de diviser les travailleurs et de sauvegarder l’ exploitation de classe.

La FSM avec ses affiliés et amis dans tous les coins du monde continuera de lutter pour les intérêts de la classe ouvrière, contre la discrimination raciale générée par la barbarie capitaliste.
Sur la base de cette perception, la FSM revendique:

– L’abolition du Règlement de Dublin, d’ Accord de Schengen, du Frontex et de tous les mécanismes de répression.
– La cessation de toutes les mesures promulgués par l’ UE pour la répression aux frontières.
– La fin des interventions impérialistes de la UE, des États-Unis et de l’ OTAN.
– Le transfert immédiat des réfugiés des îles et des points d’entrée aux pays de leur destination finale.
– Augmentation du personnel et des infrastructures pour le sauvetage, l’ identification d’enregistrement, le logement, l’ alimentation, l’ assistance médicale et le transfert sûr de ces gens.
– La création de centres d’ accueil et d’ hospitalité décents.

 
 
Repost 0
Published by Evanosiam - dans International
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 13:37

Décès de Fidel Castro : Déclaration de Pierre Laurent

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Décès de Fidel Castro : récation de Pierre Laurent

 

C'est avec une très vive émotion que j'ai appris le décès du Président Fidel Castro. Il fut l'artisan de l'une des plus importantes révolutions initiées au XX°siècle et une personnalité majeure de notre histoire.

 

La révolution qu'il dirigea dès 1953, est l'un des plus fondamentaux moments de l'histoire de Cuba et de l'Amérique latine. Pour le peuple cubain, elle a permis la conquête de l'indépendance et le début d'un processus de construction d'une nouvelle société. A l'échelle de l'Amérique latine, elle reste un symbole de résistance et la démonstration de la possibilité de bâtir une société juste et souveraine pour tous les peuples.

 

Le décès de Fidel Castro intervient alors que Cuba entre dans une nouvelle étape initiée par le rétablissement des relations avec les États-Unis qui pendant des décennies mobilisèrent tous les moyens possibles pour abattre la révolution cubaine sans jamais y parvenir. La politique de harcèlement et de blocus mise en œuvre par Washington a fait la démonstration de l'impuissance des Etats-Unis face à la résistance de tout un peuple et aux changements progressistes intervenus dans la région. L'influence de Fidel Castro a été décisive tant par sa vision politique que par sa volonté et celle du peuple cubain de défendre la souveraineté de Cuba. Avec lui, la lutte pour l'indépendance s'est jointe à celle de la construction d'une société nouvelle et socialiste. Fidel Castro fit face toute sa vie aux multiples attaques violentes dont son île et sa personne furent l'objet. Il fut admiré par ses soutiens comme par ses détracteurs pour son courage, son sens politique, sa grande culture, et les combats progressistes de solidarité internationale qu'il mena toute sa vie à l'image de la lutte contre l'apartheid ou par l'envoi de milliers de médecins cubains à travers le monde.

 

Aux côtés des forces de gauche latino-américaines, il joua un rôle de premier plan dans l'émergence d'une nouvelle configuration politique marquée par l'arrivée des gouvernements progressistes et la création d’instruments d'intégration régionale. Cuba assuma ainsi en 2013 la présidence de la Communauté d’États latino-américains et des Caraïbes comme une reconnaissance de sa place et de son action en faveur de l'unité des peuples. Même dans les moments les plus difficiles, la révolution cubaine est restée fermement solidaire avec les forces progressistes du continent.

 

Le président Fidel Castro nous quitte au moment où Cuba construit une nouvelle étape de son histoire donnant continuité au projet ouvert par l'attaque contre le Moncada, l'arrivée des premiers guérilleros de l'armée rebelle au bord du Granma et la construction des fondements du socialisme cubain.

 

Le gouvernement actuel fort de l'autorité gagnée par la mise en œuvre de politiques qui permettent à Cuba d'atteindre un niveau de développement social et humain comparable à certains pays industrialisés et conscient des transformations profondes dont le modèle cubain à besoin impulse aujourd'hui une nouvelle étape dans la construction d'un modèle de société juste et souverain.

 

Les défis à affronter sont immenses mais le peuple cubain, dans la continuité de son histoire et de sa tradition d'indépendance saura sans aucun doute les relever avec force et dignité. En mon nom et celui du Parti communiste français, je tiens à lui adresser un message d'amitié et de solidarité, au président Raul Castro et au Parti communiste de Cuba en nous associant à l'hommage qui lui est rendu.

 

Repost 0
Published by Evanosiam - dans International
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 13:23

 

Declaração de Jerónimo de Sousa, Secretário-Geral, Declaração à imprensa

Sobre o falecimento de Fidel Castro

Après la mort du camarade Fidel Castro, le Comité central du Parti communiste portugais a exprimé ses sentiments de profonde tristesse et transmis au Comité central du Parti communiste de Cuba et à travers lui à tous les communistes, au peuple de Cuba, au camarade Raul Castro ainsi qu'à la famille Fidel, les condoléances et la solidarité des communistes portugais.

En ce moment de tristesse pour les communistes, révolutionnaires et progressistes du monde entier, le PCP rend hommage à cette exceptionnelle figure de patriote et de révolutionnaire communiste. Au cours de sa vie exemplaire, entièrement consacrée aux idéaux de liberté, de paix et du socialisme, Fidel Castro avec ses compagnons d'armes, a participé à l'épopée qui de l'attaque de la Moncada à la guérilla héroïque de la Sierra Maestra, a libéré Cuba d'une dictature cruelle et fait face à l'agression et au blocus des États-Unis. Il a uni et mobilisé l'énergie créatrice des travailleurs pour la construction d'une nouvelle société libérée de l'exploitation et de l'oppression impérialiste ; une société socialiste, solidaire de la lutte de libération de tous les peuples du monde. La lutte, l'action et la parole de Fidel continuent d'animer le combat des forces progressistes et révolutionnaires de tous les continents.

Fidel nous laisse à un moment où, après des avancées majeures vers la souveraineté des peuples et le progrès social en Amérique latine et dans les Caraïbes (inséparables de la solidarité internationaliste de Cuba), l'impérialisme et la réaction ont engagé à nouveau la contre-offensive, en essayant à tout prix d'inverser les réalisations conquises et de reprendre leur domination. Mais il est de notre conviction profonde qu'en s'appuyant sur le rôle des masses et sur leur lutte organisée, inspirés par l'exemple de Fidel et de la Révolution cubaine, ces peuples vaincront les projets impérialistes.

La meilleure façon d'honorer la mémoire du camarade Fidel Castro est de continuer la lutte pour les idéaux auxquels il s'est consacré jusqu'à la fin de sa vie et de renforcer la solidarité avec Cuba et sa révolution socialiste en exigeant le respect inconditionnel de la souveraineté de l île de la liberté, la fin immédiate du blocus des États-Unis et la restitution au peuple cubain de Guantanamo.

 

(Traduction -sans doute imparfaite- de AKM)

Repost 0
Published by Evanosiam
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 13:08
Comité central du KKE

Déclaration sur le décès du dirigeant de la révolution cubaine, Fidel Castro

Dans sa déclaration sur le décès du dirigeant de la révolution cubaine, Fidel Castro, le Comité central du KKE a noté:

«C’est avec une grande tristesse que le CC du KKE fait ses adieux à la figure légendaire du mouvement communiste international, le dirigeant de la révolution cubaine, Fidel Castro.

Nous exprimons nos plus sincères condoléances au Président de Cuba, Raul Castro, au CC du PC de Cuba et à tout le peuple cubain.

Fidel Castro est né le 13 août 1926 à Birán, Cuba, et a poursuivi des études de droit à l'Université de La Havane. En tant qu'étudiant, il a commencé à participer au mouvement révolutionnaire contre la dictature de Batista à Cuba, une dictature soutenue ouvertement par les États-Unis.

Le 26 juillet 1953, il dirigeait un groupe de révolutionnaires qui a attaqué les casernes militaires de Moncada, dans le but d'inciter les habitants de l'île à se lever contre la dictature. La tentative a échoué et lui et ses camarades ont été arrêtés, cependant le 26 juillet a marqué le début d'un grand soulèvement populaire contre le régime dictatorial de Fulgencio Batista.

Face à ses accusateurs, le 6 octobre 1953, dans le tribunal de Santiago, à Cuba, Fidel Castro a déclaré: «Je sais que l'emprisonnement sera plus dur pour moi comme il n'a jamais été pour personne, rempli de menaces lâches et de cruauté hideuse. Mais je ne crains pas la prison, comme je ne crains pas la fureur du misérable tyran qui a pris la vie de 70 de mes camarades ... Condamnez-moi ... Peu importe, l'histoire me donnera raison.

Le tribunal l'a condamné à 15 ans de prison.

Le 15 mai 1955, Castro était relâché et au début de juillet il est parti pour le Mexique, où il a organisé et a entrainé  militairement un groupe de révolutionnaires d’où ont émergé tous les grands dirigeants de la Révolution cubaine, comme Camillo Cienfuegos, Juan Almeida et Ernesto Che Guevara.

Les révolutionnaires ont commencé leur rébellion dans les montagnes de la Sierra Maestra et l'armée révolutionnaire qui a été formée était basée sur la préparation politique-militaire systématique, qui avait été commencée par le Mouvement du 26 juillet sous F. Pais, le Parti socialiste populaire, comme le PC de Cuba avait été nommé, et le Directoire Révolutionnaire composé d'étudiants révolutionnaires. Il était basé sur cette activité des forces organisées dans les villes, sur le travail clandestin développé par les communistes dans les lieux de travail, parmi les agriculteurs et les jeunes. Cette préparation de la classe ouvrière et des autres couches populaires a contribué de façon décisive à l'issue victorieuse de la lutte révolutionnaire. C'étaient les forces principales qui se sont unies formant les Organisations révolutionnaires intégrées, ce qui a conduit à la reconstitution du PC de Cuba en 1965.

Le 1er janvier 1959, l'armée populaire de guérilla de Cuba entre triomphalement à La Havane après la longue lutte du peuple cubain contre la dictature de Batista, soutenue par les États-Unis. La révolution cubaine a démontré que l'impérialisme n'est pas invincible et a trouve immédiatement le plein appui de l'Union soviétique et des pays socialistes de l'époque.

Deux ans et quatre mois après la Révolution, le peuple cubain, guidé par sa direction et par Castro lui-même, a repoussé l'invasion et l'atterrissage de 1,400 mercenaires envoyés par le gouvernement américain à la Baie des Cochons, sur la plage de Giron.

Lors de la grande manifestation du 16 avril 1961, aux funérailles de ceux tués par les raids aériens (peu avant le débarquement des mercenaires de la CIA), Fidel Castro a déclaré pour la première fois le caractère socialiste de la Révolution. Pendant des décennies, Fidel Castro, Président de Cuba et chef du PC de Cuba, a mené la lutte du peuple du pays pour la construction du socialisme, dans les conditions difficiles de l'agressivité et de l'encerclement impérialistes et particulièrement après la contre-révolution en Union Soviétique et dans les autres pays socialistes en 1989-1991.

Fidel Castro laisse un précieux héritage pour le mouvement communiste international et en particulier pour le peuple cubain, dans la lutte qu'il poursuit aujourd'hui contre l'embargo américain qui continue et contre tous les efforts pour miner la voie du développement socialiste, déployés principalement par les États-Unis et l'UE.

Fidel Castro  restera toujours vivant dans la mémoire historique et la conscience collective des peuples du monde entier, des opprimés, dans la lutte pour la libération de l'humanité de l'exploitation de l'homme par l'homme, pour la victoire finale, pour le socialisme-communisme.

Hasta la victoria siempre! »

 

26.11.2016

Repost 0
Published by Evanosiam - dans International
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 13:01
29 novembre 2016
Décès de Fidel Castro: messages du PADS et d'Alger Républicain (Algérie)

Message remis par le Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme à l'ambassade de Cuba à Alger

 

C'est avec une grande douleur que nous avons appris le décès du grand révolutionnaire et grand ami de l'Algérie Fidel Castro. Nous, communistes Algériens, militants du Parti Algérien Pour la Démocratie et le Socialisme (PADS),  tenons à manifester notre soutien et notre sympathie dans le deuil qui frappe le peuple cubain, les peuples de l'Amérique Latine et tous les hommes épris de paix, de liberté et des principes de justice.

Cet homme à l'image d'un chêne qui ne se plie pas a, par sa simplicité, par l'amour dévoué a son peuple, sa clairvoyance et son courage, transmis à son peuple une force inestimable qui lui a permis de tenir contre un embargo imposé, pendant  un demi siècle, par les USA et leurs alliés capitalistes. Ce défi aux plus grandes puissances a forcé le respect du peuple cubain par les peuples du monde entier et du peuple algérien en particulier.

Le peuple algérien n'oubliera jamais l'assistance que lui a apportée le gouvernement et le peuple cubains pendant et après la guerre de libération.

 

26 novembre 2016

 

 

Article d'Alger Républicain, 28 novembre 2016:

Fidel Castro : disparition d’un dirigeant révolutionnaire intransigeant et totalement dévoué à l’émancipation de tous les peuples de la planète

Et même s’il n’en restait qu’un, il serait celui-là,
Il le disait lui-même ces dernières années, la traitrise et la couardise étant devenues légion parmi les carriéristes et les opportunistes grisés par les temps où le socialisme était triomphant, à une époque où les capacités de la contre-offensive impérialiste avait été sous-estimée.

Il était un vrai dirigeant communiste. Au service de son peuple, attentif à ses espoirs, interprète de son refus de courber l’échine, de sa volonté d’en finir avec tout ordre basé sur l’exploitation et l’oppression de classe, solidaire avec les luttes de tous les peuples de la planète pour abolir les privilèges et la domination des puissants, éliminer les guerres en extirpant leurs racines de classe. Un dirigeant internationaliste.

Fidel a fait d’une petite Île, pauvre, sans richesses naturelles particulières, asphyxiée par un blocus criminel un pays, entravée dans son développement par les conséquences de ce blocus, un pays où les travailleurs mangent à leur faim, n’ont pas à craindre l’angoisse des licenciements, sont soignés depuis leur naissance, ignorent la criminalité et l’insécurité qui caractérisent les sociétés capitalistes et en particulier celles que dominent les USA en Amérique latine, y compris les plus « prospères » d’entre elles.

Optant pour une société socialiste, il a fait de son peuple, que les Américains qualifiaient de « coupeurs de canne à sucre », un des peuples les plus éduqués de la fin du siècle dernier et un des peuples les mieux soignés du monde.
Alors que Cuba n’est qu’à quelques encablures du chef de la planète, il a réussi à instaurer un système politique et économique qui terrorise son voisin.

Il a montré à tous les peuples du tiers monde, à tous les pauvres et à tous les exploités que l’espoir en un monde où l’exploitation et le mépris peuvent être éliminés peut devenir réalité, qu’un peuple dirigé par des révolutionnaires dévoués à ses aspirations, insensibles au chant des sirènes de la corruption et de l’enrichissement personnel, peut bâtir son avenir avec confiance et résolution.
Il a tenu tête à la plus grande puissance du monde, installée jusque dans l’Île, à Guantanamo illégalement occupé par les USA.

Il n’a jamais courbé l’échine devant les puissants de ce monde. Il n’a jamais capitulé même au plus fort de la crise des missiles. Le 27 octobre 1962, le monde était au bord d’une guerre nucléaire, Nikita Khroutchev qui n’en était pas à sa première traitrise avait décidé de faire marche arrière et adressé un courrier à John Kennedy pour lui proposer de négocier, sans avoir avisé Fidel Castro, ni même semble-t-il les membres du Politburo, alors que le conflit était imminent, que les EU devaient envahir Cuba.

Fidel Castro, fidèle à ses convictions, avait alors donné l’ordre d’abattre l’avion américain qui avait survolé l’Île avec à son bord le commandant qui avait détecté les missiles soviétiques dans la mer des Caraïbes.
Le 28 octobre, le politburo avait adressé une autre lettre à John Kennedy remettant en cause la décision de négociation prise par Khroutchev.
L’intervention du Politburo avait remis les événements à leur place : toute invasion de Cuba conduira à une guerre totale.
Les Américains ne devaient plus rien tenter contre Cuba : ce ne furent que des promesses légères car Fidel Castro, tout au long de sa vie, aura à déjouer de nombreux attentats.
La suite on la connaît, les Soviétiques retirent leurs missiles de Cuba. Mais les Américains durent en faire de même en Turquie et en Italie. Cuba ne fut pas envahie.
Fidel Castro avait donc dû prendre une décision de la plus haute importance en abattant un avion américain survolant son territoire.
il avait compris le jeu trouble de Khroutchev …

Aujourd’hui son peuple le pleure, ainsi que tous les peuples opprimés car il a été un allié fidèle et clairvoyant : aucun rapprochement ne peut se faire avec l’impérialisme.
Qu’en est-il réellement aujourd’hui, alors que les drapeaux américains flottent à Cuba ?

Les peuples espèrent espèrent que Raoul continuera l’œuvre de Fidel. A Cuba d’innombrables héritiers de Fidel Castro veillent. Le combat continue dans la voie tracée par le dirigeant révolutionnaire disparu.

Alger républicain adresse au peuple cubain, à ses dirigeants, ses condoléances et expriment sa certitude que Cuba poursuivra son chemin dans la voie pour laquelle Fidel a consacré toute sa vie.

AR

 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Evanosiam - dans International
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 13:31

Xi Jinping a adressé un message de condoléances pour le décès de Fidel Castro

Publié le par anonyme

  2016-11-26 21:29:35  cri

Xi Jinping, président chinois et secrétaire général du Parti communiste chinois, a adressé le 26 novembre un message de condoléances à Raul Castro, premier secrétaire du Comité central du Parti communiste cubain, président du Conseil des Affaires d'Etat et président de la Conférence ministérielle, au nom du gouvernement et du peuple chinois ainsi qu'en son nom personnel pour exprimer ses sincères condoléances après le décès du camarade Fidel Castro, ainsi qu'aux membres de sa famille.

Dans son message, Xi Jinping indique que Fidel Castro est le fondateur du Parti communiste cubain et de la cause socialiste cubaine mais également un grand leader du peuple cubain. Il a consacré toute sa vie à la cause grandiose du peuple cubain dans sa lutte pour la libération nationale, le maintien de la souveraineté nationale et le socialisme cubain. Il a créé des exploits historiques impérissables ainsi que pour le développement du socialisme dans le monde. Fidel Castro est une grande figure de notre époque, l'histoire et le peuple l'auront en mémoire pour l'éternité.

Xi Jinping a souligné que le camarade Fidel Castro, s'est efforcé, lors de son vivant, de promouvoir l'amitié sino-cubaine. 65 ans depuis l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et Cuba, les relations bilatérales ont connu un développement important, et ce, grâce à son attention et ses efforts. Sa mort représente la perte d'un camarade intime et un ami sincère pour le peuple chinois. Son image grandiose et ses exploits seront inscrits dans l'histoire. Gloire éternelle au camarade Fidel Castro !

source: http://french.cri.cn/621/2016/11/26/41s498643.htm

Repost 0
Published by Evanosiam - dans International
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 13:22

Disparition de Fidel Castro: Le Vietnam présente ses profondes condoléances

Dimanche, 27 novembre 2016 à 09:06:11
 
 

Le Président vietnamien, Trân Dai Quang (3e, à gauche) a été le dernier dirigeant étranger à rencontrer Fidel Castro, le 16 novembre, à La Havane. Photo: CVN.
 

Nhân Dân en ligne - Le Vietnam a exprimé le 26 novembre son émotion profonde et sa grande tristesse au Gouvernement et au peuple cubain après le décès du leader Fidel Castro, père de la révolution cubaine.

 

Le Comité central du Parti communiste du Vietnam, le Président de la République, le Gouvernement et le Comité permanent de l’Assemblée nationale du Vietnam ont adressé, le 26 novembre, un message de condoléances au Comité central du Parti communiste cubain, au Conseil d’État, au Gouvernement et à l’Assemblée nationale du Pouvoir populaire de Cuba.

Le même jour, le Vice-Premier ministre vietnamien et ministre des Affaires étrangères, Pham Binh Minh, a fait de même auprès de son homologue cubain, Bruno Rodriguez Parrilla.

Le commandant en chef de la révolution cubaine Fidel Castro est décédé vendredi soir 25 novembre, dans la capitale cubaine La Havane, à l’âge de 90 ans, a annoncé le président cubain Raul Castro dans une déclaration sur l’antenne de la télévision nationale.

À noter que le président vietnamien Trân Dai Quang a été le dernier dirigeant étranger à rencontrer Fidel Castro, le 16 novembre.

Né le 13 août 1926, l’ancien Président Fidel Castro est un grand évolutionnaire, une des personnalités les plus éminentes du XXe siècle. Triomphant de la dictature de Batista, et fondant un nouvel État cubain qui allait devenir la première République socialiste dans l’hémisphère occidentale, le Lider Maximo a inscrit son nom dans l’histoire de l’humanité.

Fidel Castro, grand ami du peuple vietnamien

Pour les Vietnamiens, Cuba et son leader Fidel Castro ont toujours été un symbole de l’héroïsme révolutionnaire, de l’indomptabilité et de l’aspiration au bonheur et à la liberté. Ils leur vouent une grande admiration, une grande confiance et une grande compassion.

«La relation Vietnam - Cuba est spéciale, sans précédent et exemplaire dans les relations internationales», «Pour le Vietnam, Cuba est prêt à donner son sang», voilà les phrases les plus célèbres du dirigeant cubain Fidel Castro à propos du Vietnam. Sous sa direction, Cuba a toujours été le pionnier des peuples du monde soutenant la lutte pour l’indépendance et l’édification nationales du Vietnam.

Il a aussi été le premier pays à reconnaître le Front national de libération du Sud Vietnam (décembre 1961), le premier à créer un comité de solidarité avec le Vietnam (septembre 1963), l’unique et premier pays à ouvrir une ambassade auprès dudit front dans la zone libérée (juillet 1967). Cette année 1967 était appelée à Cuba «l’Année du Vietnam héroïque».

En 1972, Fidel Castro a réaffirmé : «Notre solidarité et notre confiance vis-à-vis du peuple vietnamien et de ses dirigeants sont inconditionnelles et absolues».

En septembre 1973, alors que la guerre du Vietnam n’était pas encore finie, le Premier ministre cubain Fidel Castro était le premier et unique dirigeant étranger à visiter la zone libérée du Sud. L’image du commandant général en uniforme vert olive agiter le drapeau du Front national de libération a constitué une grande source d’encouragement pour les Vietnamiens.

En décembre 1995 et en février 2003, il est revenu au Vietnam. Ses visites ont permis d’approfondir encore l’amitié, la fraternité et la coopération entre les deux peuples. Son affection et sa fidélité envers le Vietnam vivront à jamais dans le cœur des Vietnamiens, pour qui Fidel Castro restera éternellement un grand ami!

NDEL/CVN
 
Repost 0
Published by Evanosiam - dans International
commenter cet article